De la biographie (4)

Publié le par Mr Vandermeulen

Le mot biographie, s’il est bien issu du grec, n’est pas si commun que l’on pourrait le penser. Depuis Suétone et sa Vie des douze Césars, jusqu’au XVIIe siècle, moment ou apparaît pour la première fois le mot biographie dans les dictionnaires – dans le Trévoux 1721, précisément – on a toujours préféré le mot vie pour définir le genre littéraire qui aborde le destin d’une personnalité. La première occurrence du mot biographie remonterait toutefois au VIe siècle. Le mot y est pour la première fois employé vers 490 dans La vie d’Isidore de Gaza, une œuvre du philosophe grec néoplatonicien Damascius, (ignorant son nom, on a pris l’habitude de le désigner par sa ville d’origine, Damas).

Et comme le remarque très justement le Professeur de langue et de littérature latines Ratti dans son cours sur les origines antiques du genre biographique dont nous nous servons pour ces leçons : « Il faut remarquer tout d’abord que le genre biographique a de très fortes connexions avec

l’épopée. On affirme la plupart du temps que l’histoire gonfle volontiers ses voiles du souffle épique. On évoque alors le grossissement épique chez Tite-Live ou Ammien Marcellin, dans des pages indéniablement héroïques. Je crois qu’il convient, en réalité, de dire l’inverse : l’histoire se souvient qu’elle a été épopée. Lucain en inventant l’épopée historique dans la Pharsale ne fait pas évoluer le modèle virgilien : il réinvente un genre ancien ! »

Publié dans Histoire-Géo

Commenter cet article