Quelques réflexions sur l’imagerie chrétienne (3)

Publié le par Mr Vandermeulen



Et le Père Fouettard, me diriez-vous dans tout cela ? Eh bien, c’est à ce moment, justement, quand vient le temps au Christkindel d’apparaître aux enfants, lorsque la joie de ces petits derniers est à son paroxysme, qu’une frayeur soudaine est produite : on entend alors un bruit de chaîne, et un affreux personnage nommé Hans Trapp, ressemblant à un épouvantail, qui suit toujours le Christkindel, entre. Il est lui recouvert d’une peau d’ours, il a la figure entièrement noircie, une grande barbe, et il tient dans sa main une verge dont il menace les bambins. C’est en ces moments terribles qu’il demande avec une voix gutturale : « Qui n’a pas été gentil ? » et qu’il tombe sur les désobéissants qui tremblent, pleurent et cherchent à se cacher.


Bien entendu, le Christkindel implore en leur faveur, les enfants promettent de mieux faire, et l’ange les conduit près d’un arbre étincelant de bougies afin de les approcher de quelques jolis cadeaux.

Et les présents de bientôt faire oublier aux enfants les menaces de Hans Trapp, car, c’est bien connu, l’enfant à une mémoire de chat.

Publié dans Religion-Morale

Commenter cet article