Des racines de l’écologie, Hæckel #3

Publié le par Mr Vandermeulen

Haeckel4.jpgJe ne vous ai pas expliqué, dans la leçon précédente, comment l’idée de la métamorphose goethéenne que l’on peut appréhender dans l’Essai sur la métamorphose des plantes (1790) permit à M. Haeckel de comprendre cette idée centrale qui proposait « de rendre compte de manière satisfaisante des transformations que le regard constate effectivement dans l’histoire de la plante individuelle, du germe à la fleur et de celle-ci à la graine. Un processus réel de transformation qui n’est pas linéaire, mais précisément métamorphique, par lequel la plante change jusqu’à sa forme et ses rapports à ses propres parties, et où il s’agit moins d’une expansion continue que d’une alternance d’expansion et de repli, de concentration. Cette faculté de la notion de métamorphose à mettre en lumière le devenir de l’individu et de manifester dans le même temps la diversité – diversité qu’il voit comme une loi de la nature –

 

 va inciter Goethe à l’étendre à l’ensemble de ses recherches sur le vivant. (1) » Une ébauche très personnelle de la théorie de la métamorphose, niant toute théologie universelle, et exprimant l’idée que : « Chaque animal est un but à lui-même ; il sort parfait du sein de la nature et produit des enfants parfaits (un peu comme vous, mes chéris). Tous les membres se façonnent d’après les lois éternelles, et la forme la plus bizarre conserve en secret le type primitif. (2) »

 
Je ne vous l’avais pas expliqué, mais vous l’aurez compris, mes enfants – Mais si ! vous l’avez compris ! ne vous faites pas plus bêtes que vous ne l’êtes, voyons ! – ce que nous dit ici M. Goethe préfigure les découvertes très prochaines de MM. Lamarck et Darwin ! Car oui, après Goethe, c’est Charles Darwin et son Origine des espèces quideviendra aussitôt pour M. Haeckelun choc philosophique absolument extraordinaire et capital (je me doute qu’il est un peu difficile d’imaginer ce que pourrait représenter pour vous l’idée d’un choc philosophique, mes amours, mais dites-vous que c’est un peu comme de se dire, en découvrant l’assassin à la dernière page d’un album de Ric Hochet : « Oh ! Ca alors ! Mais oui ! c’est fou, ça ! »). Bien, c’est tout pour aujourd’hui. Trop d’idées n’est pas bon. Révisez-bien, mes chéris.

(1) Je vous raconte ceci d’après M. Félix commentant M. Lacoste, lui-même commentant M. Goethe.
(2) J. W. Goethe, lui-même.

Publié dans Leçons du groupe C

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mr Vandermeulen 21/02/2008 21:24

Oh, ne reniez pas l’identité que vous a confectionné la liesse populaire, Julos, vos pulls arc-en-ciel et votre « P’tite Gayolle » sont depuis longtemps devenus des idées indissociables à votre personne. Comme Milou et son fidèle Tintin, Jeff Bodart et sa casquette, Sarkosy et sa Rolex… Vous appartenez à l’imaginaire des gens, Julos, seriez-vous habillé en tenue ABL de la tête aux pieds… N'y voyez aucune moquerie. Voyez ce bon Fidel et sa nouvelle tenue Adidas… Mhm, non, mauvais exemple…
Bigre, je m'enfonce...
Bien à vous, Monsieur. Merci d'être passé.

julos Beaucarne 21/02/2008 12:12

Il y a bien longtemps que je ne porte plus ces pulls. on tente de me coller une image caricaturale, mais...vaut mieux s'betchi que s'cappougni, que mi j' dis.
sincerement vôtre,

Mr Vandermeulen 20/02/2008 21:16

Il y a du Jean-Pierre Pernaut et du Michel Daerden en vous, mon bon. Savoureux cocktail...

jean-pierre d'Ardennes 20/02/2008 20:18

Des jean-jules de patati, des jean-claude de la gnagnana, C'est plutôt huppé ce collège d'érudit De la haute! dans les haut-fourneaux, tout ça oui! (pour rejoindre l'état d'esprit d'un de vos élèves.) et sans bonus CO2

Mr Vandermeulen 20/02/2008 17:47

Oui, Jean-Claude, le professeur Haeckel a réalisé quelques-unes de ses planches sous psychotropes lourds, il appréciait de temps à autre la prise d’un petit cachet d’héroïne et, vers la fin de sa vie, il lui arrivait de prendre un peu de cocaïne, substance découverte par son ancien élève et collègue Willstätter, prix Nobel de chimie et meilleur ami de Fritz Haber, le chimiste dont s’occupe justement mon petit neveu.
Jean-Jules, votre programme est radical. Mais que faisons-nous des pulls de Julos Beaucarne ? Comme le mode d’emploi des bombes, on nous explique désormais sur Internet comment faire des pull-à-Julos. Arriverait-on à placer tous ces leaders écolo-babas à Guantanamo, tout est foutu, Jean-Jules ! qui le souhaite peut désormais se confectionner un pull-à-Julos !!!
Tenez : http://julosland.skynetblogs.be/category/1184568/1/Arc-en-ciel