Des racines de l’écologie, Hæckel #2

Publié le par Mr Vandermeulen

Haeckel3.jpgComme beaucoup de ses contemporains, M. Haeckel vouait un culte à Goethe. Avec ceci de particulier chez M. Haeckel que cette idolâtrie devenait parfois immodérée. Vous connaissez tous un peu Goethe, les enfants, du moins, vous connaissez quelques titres de son théâtre, tels que ses deux Faust et son Iphigénie en Tauride, ou encore ses célèbres romans que furent les Wilhelm Meister et son Werther. L’on rappelle moins de nos jours l’œuvre scientifique du maître de Weimar. C’est une lacune que l’on vous pardonnera facilement, mes enfants, puisque bien des gens, même ceux des plus cultivés, ne connaissent pas parfaitement cette œuvre immense qui a embrassé tant de choses. Il se trouve que la philosophie de la nature de Goethe, qui se résume parfois un petit peu trop rapidement à sa célèbre Théorie des Couleurs, a fortement influencé M. Haeckel. A cela rien de très étrange : M. Haeckel avait découvert que le grand Goethe bénéficiait d’une place de choix dans sa descendance directe (Eh oui ! le poète était un bon Tonton à M. Haeckel !).

 

Et voilà certainement les raisons pour lesquelles M. Haeckel devint l’un des esprits scientifiques les plus importants de son temps ; la morphologie, du nom que le grand écrivain donna aux disciplines qui englobaient la botanique et l’ostéologie (1), avec des titres tels que l’Essai sur la métamorphose des plantes ou encore celui, beaucoup plus poétique, consacré à la Métamorphose des animaux, la morphologie goethéenne est certainement l’une des idées force qui offrit à la pensée de M. Haeckel l’une de ses plus assurées ossatures. Ossature, ostéologie… Fallait-il que M. Haeckel lise enfant De l’os intermaxillaire de Johann Wolfgang von Goethe pour que naisse de ce choc le plus animé et furieux biologiste qu’ait jamais connue l’Allemagne ?! Mais une chose à la fois, nous verrons, dans la prochaine leçon, qu’elle fut l’autre grande lecture qui modela la pensée de M. Haeckel. A bientôt, les enfants !

 

(1) Non, l’ostéologie n’est pas une maladie des os, Kelly, c’est le nom que l’on a donné aux études qui se penchent sur les conséquences organisatrices de la métamorphose. Rassiez-toi et calme-toi.

Publié dans Leçons du groupe A

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article